Les pièges à éviter dans l’immobilier ancien

L’achat d’un logement est un des investissements les plus importants d’une vie. Des sommes considérables sont en jeu. Il faut donc éviter de tomber dans certains pièges du marché de l’immobilier ancien.

Une mauvaise estimation du prix

Des vendeurs peu scrupuleux et avides de gros bénéfices peuvent vous demander un prix excessif. Pour éviter cela, rien ne vaut le renseignement. Etant donné l’importance de cet achat, la moindre des choses est de faire des recherches concernant le marché de l’immobilier, de s’enquérir de la moyenne des prix qui sont proposés actuellement et de faire des comparaisons. Ainsi au fait des tendances du marché, vous pourrez en connaissance de cause faire une offre compétitive et reconnaitre les montants exagérés demandé par certains vendeurs.

Ne pas connaitre la valeur de la maison

valeur du bien

Spécifiquement dans l’immobilier ancien, on serait tenté d’investir une petite fortune dans une bâtisse annoncée comme historique et authentique, mais qui en fait, ne vaut pas le prix réclamé. Encore une fois, quelques connaissances en immobilier ne seraient pas superflues.

Une maison peut-être annoncée exceptionnelle sans l’être en réalité, autant que dans certains cas, elle est désignée quelconque mais se révèle être une pépite. Prenez le temps de bien évaluer le bien vendu.

Être détourné de la recherche initiale

De la rationalité avant tout. Ne vous laissez pas embrouiller par les beaux discours commerciaux destinés à vous faire acheter. Ils peuvent vous convaincre à tort que ceci ou cela vous convient, alors que ce n’est pas le cas. Soyez conscient de vos besoins, de vos capacités financières et évaluez objectivement le genre de maison ou d’appartement qu’il vous faut. Gardez en tête tous ces critères durant les visites.

Les vices cachés

Généralement, les maisons neuves n’ont pas grand-chose à cacher. Elles sont censées être entièrement aux normes. A l’inverse, les anciennes doivent toujours « être rafraichies ». Les acheteurs savent à l’avance qu’il leur faudra effectuer des travaux de réparation.

visite

Le vendeur est là pour optimiser son investissement. Vous effrayer en déployant une longue liste de défauts à corriger n’est pas dans son intérêt. C’est à vous donc de vous assurer de bien trouver tous les vices de la maison et éviter les mauvaises surprises plus tard.

Soyez attentif à l’environnement (zone à risques naturels ou technologique, le quartier trop bruyant et non sécuritaire,…) aux détails de la bâtisse elle-même (le plancher, la toiture, les murs, le chauffage, l’installation électrique, le plomb, l’amiante et les termites).

Si vous estimez ne pas être capable de déceler vous-même tous ces risques, faites appel à un professionnel. Il vous avertira en détail de tout ce qui doit être sujet à réparation et peut vous faire un devis de ces travaux.

Les problèmes légaux inattendus

Dès le début des négociations, vérifiez impérativement que le vendeur est bien légalement autorisé à mettre en vente le bien. La maison ne doit surtout pas être déjà hypothéqué au moment de la vente.

Les divorces ou décès peuvent aussi causer problèmes. Rien de pire qu’un mari ou un ayant-droit qui vend un bien sur lequel il n’est pas le seul à avoir des droits. Ce sont des problèmes juridiques assurés.

Lire aussi

Les stratégies immobilières dans l’ancien
Fiscalité et imposition de l’immobilier ancien
Les avantages de l’ancien
Faire des travaux